Search

Login



Home

Articles

L’histoire de l’astrologie financière remonterait selon certains auteurs à Sumer. C’est en tout cas ce qu’a déduit Jeanne Long de certaines tablettes de terre cuite trouvées à Ur, une des plus puissantes cités sumériennes du IIIe millénaire avant Jésus Christ, exposées au British Museum. Ces tablettes représentaient le mouvement des planètes, le Soleil et Mercure, en rapport avec le prix du blé et auraient tout spécialement intéressé le célèbre W.D. Gann. Ce qui nous reste de l'astrologie Sumérienne n'est pas spécialement intéressant (voire l'histoire des signes), W.D. Gann aurait donc trouvé la seule pépite au milieu d'un magma de superstitions crasseuses.

 

Quoi qu’il en soit une assez longue interruption a suivi ces tentatives lointaines de prévision du cours des évènements économiques. A n’en pas douter, les astrologues royaux s’essayaient à la prévision des récoltes, en tout cas le songe du Pharaon interprété par Joseph dans la Genèse avec son cycle de 7 ans (un quart de tour de Saturne) y ressemble fort. Mais ils n’ont pas laissé beaucoup de traces de leurs découvertes et ils ont dû payer très cher leurs échecs (Tibère faisait précipiter les astrologues dont les prévisions lui déplaisaient depuis une falaise). On pardonne plus facilement aux économistes et météorologues, dont le grand génie tient surtout de l’explication à posteriori. L’astrologue d’Hitler par exemple, Karl Ernst Krafft, lui prédit un sort funeste s’il ne gagnait pas la guerre avant 1942, déclenchant la fureur de son irascible employeur, qui l’envoya finir à Buchenwald. Il faut bien choisir ses clients...

 

Les choses évoluent un peu à la fin du XIXème siècle et la première trace publiée d'astrologie financière est un thème du Sucre, utilisée par Catherine Thompson et publiée dans la revue Astrologique "The Sphinx" en Septembre 1899. Cet horoscope est monté pour le 17 Août 1887 à New York et les transits planétaires sont utilisés par tenter de prévoir les cours du Sucre, avec un vocabulaire assez daté (Mars, Saturne et Uranus, qu'on appelait encore Hershel à l'époque, sont des "Maléfiques") et il ne semble pas que quelque chose puisse en être retiré, mais c'était vendu 25$ de l'époque, environ 1000$ aujourd'hui !

 

Cité par Graham Bates, L. Krohn publie dans “Modern Astrology Vol 9 n° 11, pp 451-456,”, en 1912, un article (Market Fluctuations and Business Crises in the Light of Astrologyintrouvable aujourd’hui), dans lequel il établit des corrélations entre le prix des métaux non ferreux et les cycles de Jupiter/Saturne, Jupiter/Uranus, Mars/Saturne et Mars/Uranus entre 1850-1906.

 

De petits ouvrages apparaissent alors sous la plume de Sepharial (1864-1929), de son vrai nom Walter Gorn Old, qui publie le premier livre d’astrologie financière, “The Law of Values” en 1912. Il a étudié la psychologie, les langues orientales, l’astrologie et la numérologie. C’est un personnage important de la société Théosophique, intime de Madame Blavatsky. Il pense découvrir en 1918 une deuxième Lune (noire) qu’il baptise Lilith (rien à voir à voir avec l’astéroïde). Elle restera utilisée en astrologie sous le nom de Lilith, mais en tant que point immatériel où est situé le second foyer de l'ellipse de l'orbite lunaire (le premier foyer étant la Terre, bien sûr). Citons parmi ses ouvrages: The law of values,  The arcana or stock & share key,  Key to sugar values,  The master key,  The golden key,  The eclipse key,  The solar lunar values, The solar apex method.

 

Tout ça fait beaucoup de clefs, mais n'ouvre pas beaucoup de portes. Ces livres ne sont pas d’un grand intérêt pour les marchés modernes, confondant dans une même analyse économie et marchés financiers, utilisant 12 AM de façon systématique pour tous les thèmes de bourses et de sociétés et ne proposant aucune étude systématique de validation. Cela dit, à l’époque, il n’y avait rien d’autre et aucun moyen de faire des calculs sur tableur. W.D. Gann recommandait pourtant sa lecture.

 

Catherine Thompson a été un des professeurs d'astrologie d'Evangeline Adams (1868-1932), la plus célèbre astrologue américaine, conseillère du banquier J.P. Morgan (qui déclare alors:  « Les millionnaires n’ont pas besoin d’un astrologue, les milliardaires si »). Mme Adams s’intéresse de près aux rapports entre marchés financiers et astrologie. Elle échappe de peu à la prison, arrêtée par trois fois à New York pour pratique divinatoire (1911, 1914 et 1923). La pratique de l’astrologie était illégale à l’époque (on comprend mieux les précautions de W.D. Gann), mais son acquittement de Mai 1914 lui valut une certaine célébrité, le juge reconnaissant que la description du caractère de son fils, faite sur la base de son horoscope était exacte. Associée entre autre au sulfureux Aleister Crowley, Mme Adams ne laissera pas grand-chose de ses techniques financières dans ses quelques livres publiés, ni dans ses papiers personnels. On sait seulement qu’elle utilisait les horoscopes du NYSE, des Etats Unis et qu’elle accordait de l’importance à la Lune pour les fluctuations boursières Intra day. Un ouvrage appelé « What Evangeline Adams knew » (2004), donnera quelques pistes au lecteur curieux d'en savoir plus, mais moins que ne le laisse supposer la 4ème page de couverture. Celle ci annonce fièrement que le livre indiquera "How Evangeline Adams predicted the stock market crash of 1929". On apprend en effet qu'elle a annoncé le top du marché, qu'elle a prédit lors d'une conférence du 1er Janvier 1927 qu'il faudrait être prudent en 1927/1929.

L'auteur écrit page 183 qu'il n'a aucune idée de sa technique pour prédire le top du marché, mais on comprend que Mme Adams regardait de très près les cycles de Saturne et Uranus, notamment leur passage en Gémeaux (donc opposé au Centre Galactique) et avait donc prévu de gros problèmes financiers à cette période. Cela fait un point commun entre Mme Adams et Bradley Cowan en tout cas. Elle avait aussi annoncé une guerre aux EU entre 1942 et 1944, qui deviendrait mondiale (voilà qui pourrait consoler André Barbault), mais qu'elle ne verra pas, décédée en 1932, en ayant semble t'il calculé l'année exacte de sa mort. ...  La bibliothéque de Mme Adams, pleine de livres rares en astrologie et ses papiers personnels ont changé de mains deux fois après sa mort, ils sont depuis 1977 détenus par Norm Winski, une autre figure de l'astrologie financière.

 

Le premier ouvrage de fond publié sur le sujet est écrit sous une forme voilée par W.D. Gann en 1927, sous forme d’un roman à clefs, au titre absurde en apparence, « The Tunnel Thru the Air, or Looking back from 1940 ». Mais ne dit on pas que les initiés cachent leur secret dans le titre de leurs ouvrages ?

 

La porte est en tout cas ouverte et d’autres auteurs suivent rapidement : le célèbre astrologue belge Gustave Lambert Brahy (1894-1989), expert-comptable de formation et conseiller des têtes couronnées de l’époque publie un ouvrage remarquable en 1932, suivi par Luther J. Jensen (1900-1981) en 1935 et James Mars Langham en 1936. Leurs ouvrages sont décrits brièvement dans la rubrique « Précurseurs ».

 

Leurs successeurs ne cesseront d’explorer le sujet avec des moyens toujours plus importants et deux sections leur sont consacrées :

 

Auteurs modernes

Travaux de décryptage des œuvres de W.D. Gann

 

 

Ephemeris

Leo
Sun in Leo
25 degrees
Scorpio
Moon in Scorpio
27 degrees
First Quarter Moon
First Quarter Moon
7 days old
Powered by Saxum
Go to top