Search

"Quand le Temps et le Prix entrent en résonnance, le changement est inévitable"

W.D Gann

 

Livres

WD GANN (6 Juin 1878 – 18 Juin 1955)

 

William Delbert Gann est un sujet majeur parmi les traders qui utilisent l'astrologie aux US, il y a pourtant bien peu de sites français qui en parlent.

On trouve sur tous les sites anglophones sa biographie
, qu'on peut résumer en quelques mots: profondément croyant, trader légendaire (il a laissé un héritage de 250.000$ en 1955, soit environ l'équivalent de 2.2M$  aujourd'hui), auteur prolifique qui n'a jamais clairement dévoilé ses méthodes, mais vivait de ventes de cours sur le sujet, il a annoncé dans un livre publié en 1927 une guerre aérienne entre les Etats Unis et le Japon, anticipé la crise boursière de 1929 et forgé l’expression « Lundi Noir », … mais comment le définir plus précisément ?

Un Mystique - WD Gann était un lecteur avide de la Bible, qu’il conseillait de lire 3 fois. Il y voyait un livre codé (pas tort…) qui donnait des clefs sur la façon dont les cycles sont construits. Selon lui, tous les cycles sont dans la Bible, il suffit de savoir les trouver, notamment dans Ezéchiel celui lui. Il indique notamment avoir réalisé une prédiction sur le cours du coton grâce à un passage mentionnant une inondation. Trouver un rapport entre Ezéchiel et le Mississipi en 1927, c'est inattendu, et si Gann ne donne pas les étapes du raisonnement, Bonnie Lee Hill a trouvé l’expelication.

Un Trader – Légende de Wall Street de son vivant, interviewé et suivi par l’ancêtre du Wall Street journal (The Ticker & Investment Digest). Dès 1909, il accepte qu’un journaliste suive ses trades et il atteint un taux de 92% de trades gagnants sur 1 mois. cf.
http://www.ganntrading.com/wd_gann_trading_records_dow.htm
Cela accréditerait la thèse selon laquelle il avait déjà forgé sa méthode, mais ses cours et ouvrages n’ont pourtant jamais cessé d’évoluer.


Un Auteur obscur – Si WD Gann avait une martingale, il ne l’a pas clairement couchée par écrit (ni expliqué à son fils, avec lequel il n’était pas en bons termes, il est parti avec ses secrets). Il a au contraire toujours indiqué qu’il fallait travailler durement pour comprendre ses méthodes et clairement dit qu’il donnait des indications codées (notamment dans son livre « Tunnel Thru The Air », 1927, qu’il recommandait de lire 3 fois). Ses nombreux cours qu’il vendait très cher pour l’époque, sont remplis d’aphorismes, mais les exemples sont parfois faux, laissent à désirer dans leur précision, ou contredisent les indications. Il conseillait de toute façon de bien réfléchir à ce qu’il disait et n’a jamais cessé ses recherches…

On peut trouver tous ses cours d’origine (notamment Stock Market Master course) sur le site officiel
http://www.wdgann.com/pages/courses.php, 895$ le Stock Market Master par exemple (les tarifs de ce site sont ahurissants….), mais en se donnant un peu de mal, ils existent aussi en eBook sur internet, comme quasiment tous les livres de Gann d’ailleurs, qui circulent librement sur la toile, à l’instar des Mp3, Divx et autres contenus numériques honteusement échangés, ce que la morale réprouve, bien entendu.

Un Prévisionniste – On l’a dit, il a annoncé la paix en 1918, a anticipé la crise des années 30 et une grande guerre aérienne, …etc. Il a donc correctement perçu des évènements majeurs de son époque, alors que la plupart des astrologues se sont vautrés magistralement, sur la seconde guerre mondiale notamment. De quoi prêter attention à ce qu’il dit quand il parle d’astrologie…
Quelques exemples tirés de son roman :

Chapitre 7 de “Tunnel Thru The air” (1927), on lit : “It shows that wars are not yet over and that Europe will have troublesome conditions, and in fact, the entire world must yet pass thru a very evil period between 1926 and 1932. It also confirms "both the major and minor cycles whieh indicate that the years 1928 and 1930 to 1932 are to be years of famine, depressing business conditions and panic, not only in Europe, but in the the United States. The maximum evil of the great 1000-year cycle, will not be completed until 1932 to 1934, will bring serious troubles to the United States. Another bad period for the United States will be 1940 to 1942. “

Et Chapitre 17 “Robert believed that he understood the cycle and knew the number of years, months and days referred to in Daniel's prophecies. Calculated that from March, 1931, until the end of June, 1932, would be troublesome times for the United States. Depression, war and panic would bang over the destinies of his country.”


Alors bien sûr on dira qu’avec le carré Uranus Pluton, il n’avait pas grand mérite… eh oui, mais il écrivait en 1927 et Pluton a été découverte en Février 1930 ! A moins de considérer que Gann avait lu l'abbé français Charles Nicoullaud, grand amateur de Michel de Nostre Dame, qui avait parlé dès 1897 (le Manuel d'astrologie sphérique et judiciaire - Paris, Vigot, 1897) d'une planète du nom de Pluton qui existait au-delà de Neptune et serait bientôt découverte... 

Gann mentionne aussi les prophéties de Malachie et l'Atlantide dans ce roman, preuve qu'il était féru d'ésotérisme...selon des sources concordants, c'était un maçon du 33ème degré.


Un Chartiste Numérologue – Il existe deux écoles de pensée au sujet de Gann…on le voit en analyste technique ou en astrologue, mais Gann était aussi féru d’analyse technique que d’astrologie, il a commencé par des formes de chartismes assez étranges qui s’appuyaient sur des propriétés mathématiques et géométriques. Il recommandait d’ailleurs d’étudier les cours de bourse pendant 5 ans avant de faire son premier Trade. Le travail était donc pour lui une valeur forte !

- Selon Gann, les plus hauts et les bas sont liés mathématiquement, mais il n'a jamais donné cette formule, qui utilisait un comptage du temps non pas en jours (1° de mouvement du soleil) mais en utilisant le pas d'autres planète, et pas seulement en géocentrique... Il utilisait des carrés aux propriétés mathématiques particulières, le carré de 9 par exemple, qu’il appelle aussi « Spiral Chart ».

Ce carré est très riche d’applications, il permettrait de relier le prix et le temps, reliant aussi les 365 jours et les 360° et les prix et les longitudes.

Différents auteurs ont tenté de le décrypter, ils offrent le fruit de leurs réflexions à des tarifs variant de 35$ à 545$ le livre. Celui à 35$ offrant déjà énormément de pistes intéressantes…

http://www.tradingfives.com/WDGann-SquareofNine/WDGann-SquareofNine.htm

Ouvrage très didactique et très bien écrit, bourré de conseils – pour 35$ on n’aura pas mieux…

D'autres ouvrages plus exhaustifs ont été écrit par un Trader, Patrick Mikula. L’avantage avec les traders, c’est qu’ils vérifient… http://www.mikulaforecasting.com

Mikula a fait un travail de romain sur les livres de Gann, comparant même les versions 1941 et 1951 de Master Stock Trading pour y découvrir de subtiles différences... Son décryptage des techniques de Gann sur les éclipses et les hexagrammes, basé sur des dizaines d'exemples, est stupéfiant.

Il n'est pas parti de ce que disait Gann dans ses livres, qui reste vague, voire obscur, mais des dates données par Gann, lorsqu'elles sont précédées de l'adjectif "Natural". Une date "Naturelle" est un terme qui ne veut rien dire, pas plus en anglais qu'en français. Par contre, regarder l'astrologie de ces dates donne des éléments TRES intéressants. Bravo à Mikula d'avoir trouvé cette clef de lecture et d'avoir réalisé ce travail de bénédictin de décortiquer toutes ces dates pour en extraire la méthode.

http://www.tradingwithgods.com/Squareof9.htm


à 545$ l’ouvrage, et même si le site s’appelle « Trader avec les Dieux », il faut vraiment avoir la foi…




« The Tunnel Thru The Air or Looking Back from 1940 » - W.D. Gann (1927)



« The Tunnel Thru The Air or Looking Back from 1940 », livre écrit par WD Gann en 1927, est un ouvrage à plusieurs facettes, jamais traduit en français (et il ne le sera sans doute jamais). Il mérite pourtant tout notre intérêt. Oh, pas pour l’histoire d’amour à l’eau de rose qui sert de trame au bouquin, non.

Je la résume en quelques phrases : Robert Gordon, un jeune homme qui a étudié l’Astrologie et la Bible, fait des découvertes qui en font un riche trader rapidement. Il est amoureux de Marie depuis le collège, mais elle le plante pendant 5 années, disparaissant de sa vie au prétexte que sa présence lui enlèverait son désir de réussir. Lettres d’amour, recherches, poésies de l’auteur, tourments amoureux, c’est sirupeux à souhait… et ça se finit en apothéose quand Robert devient Général en chef des EU (et son ami d’enfance son second), pendant la guerre mondiale qui voit les USA attaqués par le Japon (bien vu en 1927). Il a entretemps inventé le radar, l’avion furtif, la bombe à neutron…etc, Marie tombe dans ses bras à la fin du livre, comme prédit par un astrologue nommé Mr Joyeux. Voilà l’histoire apparente, dont WD nous dit qu’elle est moralement très édifiante. Pourquoi pas…

Gann nous dit qu’il faut lire ce livre trois fois
, la première pour cette belle histoire (hum…), la seconde parce qu’elle prouve les lois de la Bible et la troisième pour comprendre le secret qui est révélé dans le livre, celui de l’utilisation de l’astrologie pour permettre de faire des prévisions. Les secrets de W.D. Gann au bout de 3 Arlequins, c’est tentant, mais…


Il existe peu d’auteurs qui ont communiqué gratuitement leurs découvertes sur « TTTA », ils ne sont pas faciles à trouver et n’ont pas été traduit en français. Il s’agit de Bonnie Lee Hill et Petter Ivan Amundsen et ils ont droit à notre gratitude, ils se sont donnés du mal pour déchiffrer ce livre, qui est effectivement un manuel d’astrologie, mais réservé à ceux qui se donnent la peine de chercher. Je vais donc résumer une partie de leurs découvertes…

W.D.Gann a réalisé avec cet ouvrage un manuel d’astrologie financière, personnelle, médicale et mondiale. Il s’est donné un mal de chien pour que chaque date, chaque trade puisse trouver son explication astrologique pour ceux qui chercheront dans leurs éphémérides les motivations des actions des personnages du livre.

Pour W.D. Gann, tout est ordre et loi, l’histoire est cyclique, elle se répète. Il donne plusieurs axioimes qui nous résument l’essence de sa pensée, notamment au chapitre VII :

« In making my predictions I use geometry and mathematics, just as the astronomer does, based on immutable laws »

“My calculations are based on the cycle theory and on mathematical sequences. History repeats itself. That is what I have always contended, that in order to know and predict the future or anything, you only have to look up what happened in the past and get the correct base or starting point.” Suivi d’une référence à Ecclesiaste 1:9.

“Every thought you think makes a circle, and it comes back to you. It may take years but you will get the effect, good or evil, according as the thought was good or evil”.

“… like causes produce like effects. It is just as easy to figure 100 years or 1000 years in the future as one or two years ahead, if you have the correct starting point and know the cycle which is going to be repeated”.


En astrologie financière, il donne de manière voilée des règles de trading :
- Des matières premières (coton et blé, on verra pourquoi)
- De quelques actions (on verra pourquoi)

Et nous montre un certain nombre de techniques, notamment :
- Le rôle de la Lune
- L’usage des Transits mondiaux
- Le rôle des Eclipses
- Celui des Déclinaisons
- L’intérêt du thème des EU
- Le Centre Galactique (dont la découverte en Sagittaire date de 1918 par Shapley, confirmée en 1927 par Jan Oort) :


o p. 82 il indique ainsi, « To those who understand numbers « 266 » reveals some remarkable events that are to follow the election of the new pope…in fact the entire world must yet pass thru some very evil period between 1926 and 1930-32. It also confirms that the major and minor cycles which indicate that the years 1928 and 1930-32 are to be years of famine, depressing business conditions and panic…”.266, si on converti en degré, c'est bien sûr 26° du Sagittaire, c'est à dire l'emplacement du Centre Galactique à l'époque (27°02 en Avril 2014). W.D Gann poursuit en disant que cela ne sera pas fini avant 1934, et que la période 1940-44 est également mauvaise pour les EU… » comment a-t-il fait pour établir cette prévision ?


o Le héros est nommé Super Commander Gordon avec insistance, mais est-ce SCG ou plutôt SGC… comme Solar Galactic Center ?


Etudions les révélations de Petter Ivan Amundsen, qui met en évidence le rôle de la Lune dans le livre, en pointant une série de « coïncidences » qui n’en sont sans doute pas :

1) La répétition du nombre « 69 » dans le livre, symbole pivoté à 90° du Cancer, dont la Lune est le maître.

- Le héros, Robert Gordon est né le 6.9.1906, soit en notation française le 9 Juin (superbe thème de naissance d’ailleurs…avec une conjonction Soleil-Jupiter-Pluton-Mercure en Gémeaux, gouverné par Mercure le Trader !),
- Son bureau à Wall Street sera situé au N°69, New York est indiquée comme étant liée au signe du Cancer dans le livre et…
- Le secret sur l’astrologie qu’il annonce avoir découvert se trouve page….69.

2) La révolution lunaire serait un des thèmes du livre
- Marie écrit sa lettre de rupture à Robert le 5/6/1927 à 3 AM, ils se retrouvent le 30/08/1932 à 11 AM…la Lune est respectivement à 20° et 21° du Lion, donc la même position à 1° près, dans les deux cas on voit aussi une conjonction Venus/Mars, c’est ce qu’on appelle la révolution lunaire ou « Lunar return » en anglais. Peut-être que « Lunar Return » se trouve dans le titre ?

- Le titre « « The Tunnel Thru The Air or Looking Back from 1940 » ne veut rien dire (Le Tunnel qui Traverse l’Air, en regardant depuis 1940 !), encore moins dans le cadre d’une histoire d’amour, surtout pour un ouvrage écrit en 1927, dont l’action s’achève en 1932. Or les livres codés contiennent souvent une clef dans le titre. En reclassant les lettres et en remplaçant le « 0 » de 1940 par un « O » Petter obtient :

« From the Lunar Return, Looking back to hi_ _othe_” , il reste le 1, le 9 et le 4.

1 x 9 x 4= 36, 3 x 6= 18, soit la lettre “R”
1 & 9 forment « 19 », soit la lettre « S »
9 + 4 = 13 soit la lettre « M »

Ce qui nous donne :
« From the Lunar Return, Looking back to his mother” 40 chiffres / lettres dans les deux cas. Le titre est une sorte de jeu de mot, signifiant que depuis la révolution lunaire (fin du livre), on regarde en arrière vers le début (il commence par parler de sa mère au tout début du livre). La mère est bien sûr… la Lune en astrologie. Petter pointe enfin que la première date du livre est le 9 Mai 1927 et que la dernière date mentionnée est le 30 Août 1932, soit exactement 1940 jours… amusant !

Tout dans ce livre est à l’avenant, toutes les dates sont signifiantes et font partie du jeu de piste laissé par Gann pour ne dévoiler sa méthode qu’à ceux qui la méritent. S’il insiste sur la Lune, c’est qu’il l’utilise, mais pas en Transit mondial, enfin pas de la façon classique. Pour l’instant, gardons en tête qu’il nous dit : regardez la Lune et les révolutions lunaires.

Au sujet du secret de Gordon page 69, Gann écrit :

« I believe there was a secret meaning in what he said ; that the Son of man be three days and three nights in the heart of the earth. I believe that a man who understands the leaning of that has all the power under heaven and earth, as the Bible says he shall have. I believe that is the key to the interpretation of the future. I am sure I have found it and know how to apply it”

Petter pointe vers John Mars Langham, un des premiers auteurs en astrologie ("Planetary Effects on Stock Markets” 1936) avec W.D. Gann et Louise Mc Wirther, dont un ouvrage au moins est assez facile à trouver sur internet. Il aurait écrit sur les révolutions lunaires et la nouvelle lune de l’équinoxe du printemps, à laquelle fait allusion W.D. Gann.

Ce n’est pas évident à décoder, mais la fameuse page 69 cite 3 versets de l’évangile de St Mathieu : 12:38-40, ce que Petter traduit comme : « entre 1238 et 1240 jours » en regardant en arrière, comme W.D. Gann nous le demande de faire dans le titre et à partir de notre point de départ (le 30 août 1932). Donc…1239 jours avant ce 30 août, soit le 9 Avril 1929, jour de la Nouvelle lune, pendant laquelle la Lune est invisible 3 jours, comme Jonas dans le ventre de la baleine, cité aussi page 69…

Petter a certainement trouvé des signes laissés par W.D. Gann, mais il n’a rien découvert comme règles de trading concrètes, ou alors n’a rien partagé. Il semblerait d’après certaines sources que son groupe d’étude se soit séparé au bout de 5 ans sans découvertes significatives.

Continuons avec Bonnie Lee Hill. Avec beaucoup de bon sens, cette ingénieure de formation s’est demandée où est ce qu’un astrologue pourrait cacher ses secrets, et comme ce n’est pas dans la trame romanesque… c’est dans les dates, bien sûr. J’avais commencé à les noter, mais en pensant que quelqu’un avait déjà dû faire le travail, je suis tombé sur la conférence de BLH.

Robert Gordon commence sa carrière par une spéculation sur le coton au printemps 1927 (W.D. Gann était d’ailleurs plus un trader de matières premières que d’actions, dont il se méfiait, il faut le savoir). Il nous indique dans son roman avoir découvert dans Ezéchiel qu’il y aura une inondation dans le Mississipi au printemps 1927 qui perturbera la récolte de coton et fera monter les prix, il se positionne donc à la hausse deux mois avant, et bingo ! Les pluies trop abondantes font monter le coton.

Ezéchiel, c’est bien avant Jésus Christ et s’il était un prophète, ses préoccupations étaient quand même assez éloignées du niveau du Mississipi aux EU, pays inconnu à l’époque en Judée. Cette déclaration ahurissante doit donc nous mettre la puce à l’oreille, d’autant qu’en 1907, la famille Gordon avait souffert des pluies qui avaient endommagé la récolte de coton. Alors un cycle de 20 ans ? Non…BLH consulte ses éphémérides pour voir ce qu’il se passe début 1927 et début 1907 ayant trait aux pluies, et trouve les deux fois un lien Uranus/Neptune, très approprié. Gann se servait-il des cycles naturels pour faire des prévisions météos ? Très possible !

BLH va donc consulter l’historique de toutes les inondations du Mississipi depuis 1735 grâce aux données officielles de l’Army Corps of Engineers et établir deux règles qui sont toujours validées concernant les pluies et les récoltes.

Analyse des aspects Uranus/Neptune de 1735 à 1993

1) La première crue survient au printemps 1735. Nous avons Uranus opposition Neptune le 24 Jan 1735. Mais les crues ne détruisent les récoltes que si l’aspect géocentrique Uranus / Neptune aspect a lieu au printemps. Si cet aspect a lieu en août, il ne causera pas de crue de de la rivière Mississippi. Gann n’utilisait cet aspect qu’en fonction de la saison pendant laquelle il survenait, géniale intuition ! En 1735, nous trouvons donc Uranus opposition Neptune et plus de 90% de la Nouvelle Orléans était sous l'eau !

2) En 1762, nous trouvons Uranus 135 Neptune. Ce fut une inondation majeure. Par exemple, le niveau d'inondation dans la ville de Cincinnati a augmenté de 80 pieds. Le sommet d'un clocher de l'église était la seule chose qui sortait de l'eau dans la petite ville de Cincinnati.

3) En 1821 (Uranus conjonction Neptune), une autre inondation majeure. Ils ont appelé c'est la "pire inondation du siècle». Les journalistes ont dit qu'ils avaient pas de mots pour décrire les dommages causés par cette inondation. Ils ne pouvaient même pas estimer le coût des dommages.

4) La prochaine inondation survient en 1881 (Uranus trigone Neptune).
Notez qu’on peut avoir des inondations avec les conjonctions, les oppositions, les carrés, sextiles, semi-carrés, etc Si l'aspect se produit au printemps : inondation ! Notez aussi que l’inondation majeure de 1881 suivie d’une autre 1882. En raison de rétrogradation, nous avons eu le même aspect le 26 Fev 1881 et 8 avril 1882. Il y a des cas dans lesquels de graves inondations ont eu lieu trois ans d’affilée parce que le même aspect survenait à chasue fois au printemps pendant trois années consécutives
.

5) La prochaine inondation survient en 1907 (Uranus opposition Neptune). C'est le déluge mentionné par W.D ann dans TTTA. Autre inondation en 1908 : le même aspect s'est produit au printemps deux fois de suite du fait des rétros.

6) Le prochain grand déluge survient en 1927 (Uranus 150 Neptune). C'est le seul que W.D Gann prédit dans le Tunnel à travers les airs. 1,8 million d'acres de terre étaient sous l'eau. Un grand nombre de gens pensent que cela a été l'une des causes de la Grande Dépression: l'inondation ayant détruit l'économie du bassin du Mississippi et totalement détruit les cultures de coton.

7) La prochaine inondation majeure survient en 1935 (135 Uranus Neptune).
Le même aspect est survenu au printemps de 1936, et une deuxième inondation s'est produite. L'inondation de 1936 provoqué 270 millions de dollars en dommages.


8) En 1943, Uranus trigone Neptune. Une inondation majeure est survenue qui a causé 172 Millions de dollars en dommages.

9) En 1973, Uranus semi-carré Neptune. Une inondation majeure provoque 420 Millions de dollars de dégâts.

10) En 1979, une inondation majeure: Uranus était semi-sextile Neptune en Mars.

11) Maintenant, nous allons tourner notre attention vers 1993,
et Uranus Neptune en conjonction le 2 février. Qu'est-il arrivé en 1993 ? La même chose qui s'est produite en 1821, environ 173 ans plus tôt. Une fois encore, le fleuve Mississippi ressemble à un lac intérieur. Le montant des dommages estimé pour cette crue était de 12 Milliards de dollars.


Il faut préciser que les marchés de l’époque n’étaient pas aussi mondialisés qu’aujourd’hui, et que donc une inondation américaine suffisait à faire monter les cours. Ce n’est plus aussi vrai aujourd’hui, même si l’étude des conditions climatiques en Ukraine devrait être intéressante pour le blé (sécheresse récente par exemple).

La deuxième règle révélée par W.D. Gann (enfin, par BLH) concernant la Météo, et que les aspects Ju/Nep occasionnent des pluies régulières et abondantes… et donc des surproductions et des baisses de prix. A nouveau, quantité d‘exemples et nous n’en sommes qu’au tiers de cette conférence unique en son genre et cette note de lecture est déjà longue.

Parmi les conseils divers dans ce livre, Gann nous indique très clairement que vouloir trader trop d’actions ou de matières premières en même temps c’est s’exposer à l’échec. Il conseille de bien connaitre son secteur et donne des repères chronologiques pour plusieurs d’entre eux : les transports aériens, automobiles et ferroviaires.

En clair, il applique le principe des cycles planétaires aux secteurs, matières premières et même à la météo.



"Les Secrets de l'Astrologie Universelle" - Michel d'Aoste

 

Sous un titre un peu mystérieux "Les secrets de l'astrologie universelle", vient de paraitre un remarquable livre d'astrologie, écrit par Michel d'Aoste. Il ne s'agit pas d'astrologie financière, mais les astrologues financiers y reconnaitront beaucoup de choses:

- Importance majeure des planètes lourdes et de leurs transits, alors que la Tradition n'en parlait pas (pas découvertes), ou bien les associait à des aspects générationnels. On retrouve là un point commun avec l'astrologie financière pour qui les aspects entre lourdes donnent les trends économiques à moyen long terme.

- Finalité prévisionnelle ! là aussi, on retrouve un thème cher à l'astrologie boursière. Dieu sait si c'est difficile de savoir si ça va monter ou baisser, même avec 50% de chances de réussite, alors quand on parle de vie humaine... Et pourtant Michel d'Aoste y arrive, et fournit des éclairages assez stupéfiants de précision sur son forum à de nombreuses personnes le questionnant sur des sujets très variés.

- Les signes passent à la trappe comme facteurs explicatif, seuls restent les angles principaux (AS, DS, MC, FC). Pour Michel d'Aoste, les signes n'ont pas de réalité astronomique et leur valeur symbolique, si elle est ancienne, ne repose que sur la Tradition. On pourrait quand même faire remarquer que les signes peuvent aussi répondre à une logique de saison, et que le cycle de la nature, du printemps à l'hiver, répond aussi à un cycle immémorial de naissance, développement, apogée et mort. Ces forces à l'œuvre dans la nature, sont peut-être elles aussi reflétées dans la psychologie des humains ? On oublie du coup les controverses liés à la précession des équinoxes et autres chevaux de bataille des zététiciens... Quoi qu'il en soit, les signes sont relativement peu utilisés en astrologie financière.

- A la trappe les maisons, et là, il faut bien reconnaitre que l'argument qui consiste à dire que s'il y a 10 systèmes différents il n'y en a aucun porte bien. A moins... à moins de voir dans le découpage des maisons quelque chose qui rappelle simplement le découpage du cercle d'un horoscope: au-dessus de l'horizon le social, en dessous le personnel, à l'ascendant le soi au descendant l'autre, les recouvrements orientant les significations des maisons. Cela étant, pas beaucoup de maisons non plus en astrologie financière, sauf quand on analyse les thèmes des sociétés.


Cet ouvrage copieux s'ouvre sur plusieurs chapitres qui témoignent d'une longue réflexion sur l'astrologie et d'échanges fructueux avec des physiciens (et oui, des scientifiques de très bon niveau s'y intéressent). De nombreuses notions comme la synchronicité, le libre arbitre, les différents niveaux de conscience...y sont abordés. Il faut un certain niveau en physique ou philosophie pour suivre, mais le jeu en vaut la chandelle.

Il présente ensuite une méthode qui permet de suivre le déroulement d'une vie, à la lumière des transits des planètes lourdes sur les crêtes du thème, qui donne une certaine cohérence au déroulement de la vie humaine. Nous venons sur Terre avec un objectif précis, et ce plan se déroule dans le temps et l'espace, reflété dans les étoiles...

Il se termine enfin par une bible des aspects qui donne un sacré coup de vieux à "Planets in Transit" de Robert Hand, une référence en la matière. Cette bible des aspects est le fruit de 20 ans d'interaction avec des milliers de consultants, et elle est remarquable de détail et de précision.

Laissons-lui la parole pour finir :" Et vous constaterez qu'en astrologie universelle, vous n'avez nul besoin d'avoir recours à la domification, aux signes, aux révolutions solaires et aux diverses techniques de "progression" pour déterminer l'évènementiel de votre existence, car seule, la réalité du ballet planétaire de notre système solaire, celui dans lequel notre monde se trouve, est-elle, la réalité d'un mouvement et d'un cycle. Tout, et je dis absolument tout, est contenu dans les rapports inter planétaires, ainsi que dans les angles de positionnement"


S'il n'y avait pas des dizaines d'années d'expérience derrière, ça laisserait perplexe...


Voilà donc un livre de référence qui trouvera sa place dans toute bonne bibliothèque de personne intéressée par une approche moderne de l'astrologie.

Planetary Economic Forecasting - Bill Meridian (2nd Ed)

 

On ne présente plus Bill Meridian, chaud partisan des horoscopes de première cotation, et seul auteur à avoir fait des recherches sérieuses sur les rapports entre astrologie et économie. Bill Meridian s’intéresse dans la seconde édition de cet ouvrage à la Production, à l’Inflation et aux Taux d’intérêt, à grand renfort de courbes, d’indices et d’analyses statistiques sur des bases de données qui remontent sur les 200 dernières années, accumulées lors d’un projet commun avec une banque américaine, base qu’il a racheté depuis. Ses analyses économiques sont donc avant tout américaines.

En introduction, Bill Meridian distingue les paniques des crises. Les première étant des états émotionnels, souvent liés à Uranus et Pluton, les secondes correspondant à une réalité, provoquée par une contraction du capital, donc plus liées au tandem Saturne-Neptune, qu’il voit aussi comme un facteur déterminant du cycle inflation-déflation et de bien des crises.

Puis un passage historique marque sur de grands tableaux toutes les crises économiques et boursières depuis 1623 par rapport aux grands cycles, i.e. à quel moment du cycle elles se sont produites.

Son analyse du transit des planètes dans le zodiaque montre une certaine corrélation pour Jupiter et Saturne (en indiquant que c’est certainement lié à l’horoscope des USA), mais réfute une influence significative du passage des Nœuds lunaires dans le Zodiaque.


- Jupiter - La production monte du Bélier au Cancer, chute drastiquement quand Jupiter quitte le Cancer dans 15 cas sur dix-huit), puis remonte à partir de la Vierge et pic en Capricorne.


- Saturne - La production monte du Bélier au Gémeau (sept fois sur huit), chute en Cancer (cinq fois sur sept) et d’une manière générale a un impact négatif sur l’économie US en signe mutable.

- Les nœuds lunaires ne trouvent pas grâce aux yeux de Bill. Louise Mac Wirther doit s’en retourner dans sa tombe.


D’une manière générale, son approche est statistique, avec son intérêt et ses inconvénients. Notamment celui d’isoler des cycles de deux planètes, alors qu’à tout moment 10-12 autres cycles lourds peuvent expliquer / perturber ses corrélations. Et puis aussi le fait que ses chiffres sont des moyennes de plusieurs cycles. Ces deux éléments expliquent qu’on voit parfois des angles « explicatifs » de 40° à 80° en moyenne. Si un cycle n’est pas stable, que retenir de sa moyenne ? On peut malgré tout retenir de ce livre de nombreux éléments, pour nourrir sa réflexion :


1. Son analyse de l’inflation est assez intéressante.

En premier lieu il distingue les transits de Neptune dans les signes de feu / terre comme le cycle inflation (feu) / déflation (terre). Donc Inflation 1970-84 avec Neptune en sagittaire, Déflation de 1984-98 (Capricorne). On voit en effet les matières premières stopper leur descente à partir de 1998 (sortie du capricorne et carré Sat-Nep) et entamer leur ascension vertigineuse.

En second lieu, il identifie les 6 autres cycles les plus pertinents et les plus fiables pour expliquer la croissance de l’indice des prix à la production. Par ordre décroissant les 6 grands cycles sont :

1. Transit des Nœuds lunaires à travers les signes. Avec une accélération l’inflation du Verseau au scorpion, et un ralentissement ensuite.

2. Cycle Uranus- Nœuds. Le trigone marque le sommet de l’inflation suivi d’une descente de 120° à 200°.

3. Saturne Neptune – cycle explicatif majeur (bien que N°3), Bill le calcule désinflationniste de 0° à 150°, puis très inflationniste de 150° à 200°-250°, suivant les cycles. Les carrés sont déflationnistes.

4. Saturne – Pluton – inflationniste de 0° à 60°, puis déflationniste de 60° à 270°. Inflationniste ensuite de 270° à 0°

5. Cycle Pluton- Nœuds – inflationniste de 100° à 230°.

6. Cycle Uranus – Pluton – ce cycle est trop long pour être testé efficacement.


2. En second lieu, il identifie les 6 cycles les plus pertinents pour expliquer la croissance de l’indice des prix des matières premières agricoles surtout. Par ordre décroissant les 6 grands cycles sont :

1. Saturne Neptune. Plus hauts de prix sur 60°, 300° et surtout 270° , plus bas sur 120° et 240°.

2. Pluton – Nœuds. Grosse poussée des prix de 120° à 165° et fiable sur la répétition de cycles.

3. Transit de Jupiter à travers le zodiaque. Bill indique des plus hauts en signes mutables / de feu, ce qui fait quand même 7 signes sur 12… Passons…

4. Transit de Saturne à travers le zodiaque. Plus hauts en Cancer et Sagittaire, plus bas en Vierge et Balance, mais je vois plutôt des dents de scie sur le graphique.

5. Jupiter – Neptune. Important pour l’or et le pétrole. Plus bas de 40° à 80°, plus hauts de 220° à 240°.

6. Jupiter – Nœuds lunaires. Inflation accélérant de 150° à 200°, baissant de 0° à 30°.


On aurait souhaité voir aussi des analyses sur les mouvements de la masse monétaire, mais les séries statistiques sont sans doute trop courtes.


2. Ses analyses de cycles planétaires

Comme on l’a déjà dit, chaque cycle d’une paire de planète, corrélé avec l’activité économique, est susceptible d’être totalement « pollué » par un autre cycle. Si on a un Saturne carré Uranus, en même temps qu’un trigone Pluton Neptune ou en même temps qu’un carré Uranus Pluton, les effets ne seront pas les mêmes !

Bill Meridian a néanmoins testé la fiabilité de ces cycles, à la fois en puissance et en régularité. Pour la puissance (i.e. la capacité d’un cycle d’expliquer le plus possible la hausse de la Production), il retient 16 cycles, dont les 6 premiers sont donnés ci-dessous, par ordre décroissant (et pour l’économie US).

Pour la régularité des cycles, le % entre parenthèses indique le % de signal correct. On voit donc que dans 20% à 30% des cas, ces indicateurs pris isolément ne donnent pas la bonne info : mieux vaut en croiser plusieurs pour identifier un trend.

1. Jupiter dans le zodiaque (73%) – Déjà vu plus haut.

2. Neptune- Nœuds (63%). Récessif sur le dernier carré du cycle 8 fois sur 12.Remontée après 290°.

3. Pluton – Nœuds (68%) – l’aspect le plus corrélé est la récession à l’approche du trigone (2 fois sur 3).

4. Saturne-Pluton (69%). La plupart des crises se sont déroulées entre 60° et 180°, y compris sur des trigones Sat-Pl (indice de récession pour Bill) ! Amusant si on pense au débat sur le Forum, sur le caractère baissier ou haussier du dernier trigone Ju-Sat, et au trigone actuel ! Enfin, le dernier carré du cycle marque aussi un plus bas.

5. Saturne dans le zodiaque (75%) - Déjà vu plus haut.

6. Saturne – Neptune (78%). Pour Bill Meridian c’est un cycle déflationniste, mais l’opposition correspond à des hausses de prix. Dans son effet sur la production, elle baisse suivant la conjonction, remonte de 40° au Trigone, baisse jusqu’à l’opposition, qui marque un point bas à partir duquel la production remonte jusqu’au pic de 270° (dernier carré), un aspect très fiable (6 pics sur 6 cycles). Historiquement, ce tandem est très présent dans les crises lors des conjonctions et des oppositions, mais aussi pendant les sextile et les trigones (trop de crédit).

A noter que les super cycles (UR-PL, et UR-NEP) sont un peu hors catégorie, leur lenteur ne se prêtant pas aux séries statistiques. Saturne Uranus ne vient qu’en 9ème position (67% fiabilité), et autre vedette, Jupiter-Saturne en 12ème position (69% fiabilité).

Le cycle Jupiter-Saturne occupe d’ailleurs un chapitre tout entier, trop long à résumer, puisqu’il couvre la période 1760-2020, la théorie de Bill étant que les conjonctions de ce cycle (tous les 20 ans grosso modo) donnent une idée de ce que seront les 10 prochaines années, tout comme les oppositions, explicatives aussi des 10 années qui les suivent. J’avoue que là j’ai eu du mal à suivre, d’autant que les thèmes des conjonctions Ju-Sat sont dressés avec 24 planètes (Bill inclus notamment les Uraniennes Cupidon, Hadès, Zeus, Apollon, Admetos, Kronos, Vulcain et Poséidon) et les cartes du ciel ressemblent à un bol de spaghettis.


Le cycle Saturne Uranus n'est visiblement un des favoris de l'auteur, dommage... Ce cycle n'est pas assez stable pour lui. A part la baisse de production qui suit l'opposition (3 fois sur 4). 2 fois sur 4 les plus bas ont été atteints entre 270° et 300°.


Les éclipses… le chapitre ne comprend qu’une seule page, pour dire qu’une année à grand nombre d’éclipses aura tendance à inverser le trend. Pourquoi pas ?


Examples :

- 7 éclipses en 1982, et début du boom Reagan
- 6 éclipses en 2000 et éclatement de la bulle internet.
- 6 éclipses en 2009 et 6 aussi en 2011…faites vos jeux !


Il est difficile de rendre justice à ce livre copieux (270 pages) en quelques lignes, mais il y a ici assez pour se faire une idée du contenu. J’ai été frappé par deux choses au final : la densité du travail de recherche certes, mais vouloir mettre en cycles et équation l’économie, rechercher un cycle composite qui permettrait de prévoir (sans expliquer) me parait difficile et aléatoire. Ces cycles qui s’entrecroisent depuis des millions d’années gardent leur mystère et une part d’intuition sera toujours nécessaire (à mon avis en tout cas) pour faire une bonne prévision.


En conclusion c’est un travail très intéressant qui a sa place dans toutes les bibliothèques d’astrologues financiers. On peut le commander sur
http://www.billmeridian.com/ .

L’histoire de l’astrologie financière remonterait selon certains auteurs à Sumer. C’est en tout cas ce qu’a déduit Jeanne Long de certaines tablettes de terre cuite trouvées à Ur, une des plus puissantes cités sumériennes du IIIe millénaire avant Jésus Christ, exposées au British Museum. Ces tablettes représentaient le mouvement des planètes, le Soleil et Mercure, en rapport avec le prix du blé et auraient tout spécialement intéressé le célèbre W.D. Gann. Ce qui nous reste de l'astrologie Sumérienne n'est pas spécialement intéressant (voire l'histoire des signes), W.D. Gann aurait donc trouvé la seule pépite au milieu d'un magma de superstitions crasseuses.

 

Quoi qu’il en soit une assez longue interruption a suivi ces tentatives lointaines de prévision du cours des évènements économiques. A n’en pas douter, les astrologues royaux s’essayaient à la prévision des récoltes, en tout cas le songe du Pharaon interprété par Joseph dans la Genèse avec son cycle de 7 ans (un quart de tour de Saturne) y ressemble fort. Mais ils n’ont pas laissé beaucoup de traces de leurs découvertes et ils ont dû payer très cher leurs échecs (Tibère faisait précipiter les astrologues dont les prévisions lui déplaisaient depuis une falaise). On pardonne plus facilement aux économistes et météorologues, dont le grand génie tient surtout de l’explication à posteriori. L’astrologue d’Hitler par exemple, Karl Ernst Krafft, lui prédit un sort funeste s’il ne gagnait pas la guerre avant 1942, déclenchant la fureur de son irascible employeur, qui l’envoya finir à Buchenwald. Il faut bien choisir ses clients...

 

Les choses évoluent un peu à la fin du XIXème siècle et la première trace publiée d'astrologie financière est un thème du Sucre, utilisée par Catherine Thompson et publiée dans la revue Astrologique "The Sphinx" en Septembre 1899. Cet horoscope est monté pour le 17 Août 1887 à New York et les transits planétaires sont utilisés par tenter de prévoir les cours du Sucre, avec un vocabulaire assez daté (Mars, Saturne et Uranus, qu'on appelait encore Hershel à l'époque, sont des "Maléfiques") et il ne semble pas que quelque chose puisse en être retiré, mais c'était vendu 25$ de l'époque, environ 1000$ aujourd'hui !

 

Cité par Graham Bates, L. Krohn publie dans “Modern Astrology Vol 9 n° 11, pp 451-456,”, en 1912, un article (Market Fluctuations and Business Crises in the Light of Astrologyintrouvable aujourd’hui), dans lequel il établit des corrélations entre le prix des métaux non ferreux et les cycles de Jupiter/Saturne, Jupiter/Uranus, Mars/Saturne et Mars/Uranus entre 1850-1906.

 

De petits ouvrages apparaissent alors sous la plume de Sepharial (1864-1929), de son vrai nom Walter Gorn Old, qui publie le premier livre d’astrologie financière, “The Law of Values” en 1912. Il a étudié la psychologie, les langues orientales, l’astrologie et la numérologie. C’est un personnage important de la société Théosophique, intime de Madame Blavatsky. Il pense découvrir en 1918 une deuxième Lune (noire) qu’il baptise Lilith (rien à voir à voir avec l’astéroïde). Elle restera utilisée en astrologie sous le nom de Lilith, mais en tant que point immatériel où est situé le second foyer de l'ellipse de l'orbite lunaire (le premier foyer étant la Terre, bien sûr). Citons parmi ses ouvrages: The law of values,  The arcana or stock & share key,  Key to sugar values,  The master key,  The golden key,  The eclipse key,  The solar lunar values, The solar apex method.

 

Tout ça fait beaucoup de clefs, mais n'ouvre pas beaucoup de portes. Ces livres ne sont pas d’un grand intérêt pour les marchés modernes, confondant dans une même analyse économie et marchés financiers, utilisant 12 AM de façon systématique pour tous les thèmes de bourses et de sociétés et ne proposant aucune étude systématique de validation. Cela dit, à l’époque, il n’y avait rien d’autre et aucun moyen de faire des calculs sur tableur. W.D. Gann recommandait pourtant sa lecture.

 

Catherine Thompson a été un des professeurs d'astrologie d'Evangeline Adams (1868-1932), la plus célèbre astrologue américaine, conseillère du banquier J.P. Morgan (qui déclare alors:  « Les millionnaires n’ont pas besoin d’un astrologue, les milliardaires si »). Mme Adams s’intéresse de près aux rapports entre marchés financiers et astrologie. Elle échappe de peu à la prison, arrêtée par trois fois à New York pour pratique divinatoire (1911, 1914 et 1923). La pratique de l’astrologie était illégale à l’époque (on comprend mieux les précautions de W.D. Gann), mais son acquittement de Mai 1914 lui valut une certaine célébrité, le juge reconnaissant que la description du caractère de son fils, faite sur la base de son horoscope était exacte. Associée entre autre au sulfureux Aleister Crowley, Mme Adams ne laissera pas grand-chose de ses techniques financières dans ses quelques livres publiés, ni dans ses papiers personnels. On sait seulement qu’elle utilisait les horoscopes du NYSE, des Etats Unis et qu’elle accordait de l’importance à la Lune pour les fluctuations boursières Intra day. Un ouvrage appelé « What Evangeline Adams knew » (2004), donnera quelques pistes au lecteur curieux d'en savoir plus, mais moins que ne le laisse supposer la 4ème page de couverture. Celle ci annonce fièrement que le livre indiquera "How Evangeline Adams predicted the stock market crash of 1929". On apprend en effet qu'elle a annoncé le top du marché, qu'elle a prédit lors d'une conférence du 1er Janvier 1927 qu'il faudrait être prudent en 1927/1929.

L'auteur écrit page 183 qu'il n'a aucune idée de sa technique pour prédire le top du marché, mais on comprend que Mme Adams regardait de très près les cycles de Saturne et Uranus, notamment leur passage en Gémeaux (donc opposé au Centre Galactique) et avait donc prévu de gros problèmes financiers à cette période. Cela fait un point commun entre Mme Adams et Bradley Cowan en tout cas. Elle avait aussi annoncé une guerre aux EU entre 1942 et 1944, qui deviendrait mondiale (voilà qui pourrait consoler André Barbault), mais qu'elle ne verra pas, décédée en 1932, en ayant semble t'il calculé l'année exacte de sa mort. ...  La bibliothéque de Mme Adams, pleine de livres rares en astrologie et ses papiers personnels ont changé de mains deux fois après sa mort, ils sont depuis 1977 détenus par Norm Winski, une autre figure de l'astrologie financière.

 

Le premier ouvrage de fond publié sur le sujet est écrit sous une forme voilée par W.D. Gann en 1927, sous forme d’un roman à clefs, au titre absurde en apparence, « The Tunnel Thru the Air, or Looking back from 1940 ». Mais ne dit on pas que les initiés cachent leur secret dans le titre de leurs ouvrages ?

 

La porte est en tout cas ouverte et d’autres auteurs suivent rapidement : le célèbre astrologue belge Gustave Lambert Brahy (1894-1989), expert-comptable de formation et conseiller des têtes couronnées de l’époque publie un ouvrage remarquable en 1932, suivi par Luther J. Jensen (1900-1981) en 1935 et James Mars Langham en 1936. Leurs ouvrages sont décrits brièvement dans la rubrique « Précurseurs ».

 

Leurs successeurs ne cesseront d’explorer le sujet avec des moyens toujours plus importants et deux sections leur sont consacrées :

 

Auteurs modernes

Travaux de décryptage des œuvres de W.D. Gann

 

 

Ephemeris

Aries
Sun in Aries
7 degrees
Gemini
Moon in Gemini
17 degrees
Waxing Crescent Moon
Waxing Crescent Moon
5 days old
Powered by Saxum
Go to top